Vernadsky.fr

Cette bibliographie est bien entendu appelée à s'agrandir, au fur et à mesure.



La Biosphère
Ecrite donc par Vernadsky cette oeuvre a été republié en 2002, en poche, aux éditions Le Seuil (collection Points Sciences).
Il s'agit de l'ouvrage de base, où Vernadsky expose son point de vue et sa démarche.



Environmental Evolution: Effects of the Origin and Evolution of Life on Planet Earth
Cet ouvrage a comme responsables éditoriaux Lynn Margulis, Clifford Matthews et Aaron Haselton, et a été publié aux Etats-Unis en 2000 aux prestigieuses MIT Press. On y retrouve des spécialistes de géosciences, à la réflexion dans le prolongement la démarche de Vernadsky, et donnant leur point de vue dans leur domaine spécifique.



Science and Russian Culture in an Age of Revolutions: V. I. Vernadsky and His Scientific School, 1863--1945
Publiée en 1990 aux Etats-Unis, à l'université de l'Indiana, et écrite par Kendall E. Bailes, cette biographie foisonne d'informations, mais a clairement été écrite dans la perspective de la guerre froide, et sans connaissance aucune de l'arrière-plan théorique et idéologique de la thèse de la Biosphère.



What Is Life?
Publié en 2000 par l'université de Berkeley, cet ouvrage de Lynn Margulis et de son fils Dorion Sagan (fils de Carl Sagan) présente la vie comme matière vivante et en mouvement, dans la perspective de Vernadsky.



Acquiring Genomes
Egalement de Lynn Margulis et de Dorion Sagan,publié en 2002 chez Basic Books, on y trouve présenté l'évolution des espèces, évidemment dans la perspective de Vernadsky et à l'opposé des thèses néo-darwinistes.



Le cycle de fondation
Rédigé entre les années 1950 et les années 1990, publié en France chez folio, Asimov pose dans ses romans de science-fiction (formant un "cycle") la question de l'évolution de l'humanité dans le cadre de la colonisation spatiale, mais aussi par rapport à la planète comme collectivité vivante. On trouve chez Asimov des allusions parfois ouvertes à Vernadsky.



La revanche de Gaïa
Publié en 2008 aux éditions J'ai lu, on y trouve résumées les thèses de James Lovelock et Lynn Margulis. Le problème étant que Lovelock n'a pas compris l'arrière-plan véritable de la question, et est conservateur, alors que Margulis est une éminente progressiste.